LES FEMMES QUI NE SOURIENT JAMAIS





Tout le monde a pensé qu'après le renversement du régime taliban, les femmes afghanes seraient libérées enfin de la burka et pourraient avoir une vie normale et en liberté. Mais les choses n'ont pas changé, ce qui est arrivé en réalité est qu'un régime fondamentaliste s'est changé par un autre : l'Alliance du nord, si brutaux et misogynes comme les talibans.



Les femmes afghanes continuent à vivre sans avoir des droits dans un pays, aux yeux de la communauté internationale, qui dispose d'un gouvernement "démocratique". L'Alliance du nord et les talibans ont la même mentalité. Ils continuent les violations de femmes, les détentions et les meurtres. 60 % des mariages afghans sont réglés. Beaucoup de femmes optent pour le suicide, s'auto immolant, pour échapper à l'enfer de ses vies.



Ces femmes ont été rachetées des flammes. Certains se sont autoimmolées, aux autres, leur mari ont essayé de les brûler vives, pour … les contredire.



Les femmes ne peuvent pas étudier ni travailler. Elles ne peuvent pas sortir seules à la rue ni faire du bruit en marchant. Elles ne peuvent pas être traitées par des docteurs masculins, ne peuvent pas se montrer dans ses fenêtres, ne peuvent pas utiliser de hauts talons. Elles doivent obligatoirement utiliser la burka, l'espèce de suaire portatif, qui les couvre de la tête aux pieds et qui leur complique la respiration.



Elles reçoivent des fouets et des insultes en public, si elles n'utilisent pas le burka ou si les chevilles sont vues. Le même, si elles sortent sans la compagnie d'un homme de sa famille. On leur interdit d'user cosmétiques (si on les surprend avec les ongles peints, on leur ampute les doigts. On leur défend de rire à haute voix (comme si elles avaient un motif de le faire!). On leur défend de parler à n'importe quel homme, qui n'est pas son accompagnateur.



Il est défendu aux femmes d'assister aux réunions publiques. On leur interdit aussi de pratiquer un sport. Interdit de monter dans un taxi sans la compagnie de leur mari (un familier accompagnateur). Interdit de monter dans une bicyclette. Interdit de laver des vêtements dans des rivières ou des lieux publics. Interdit d'utiliser des bains publics. Interdit de se montrer dans les balcons de leur maison.



On leur interdit d'utiliser un pantalon en forme de cloche, même au-dessous de la burka. Défendu que la couleur de leur vêtements soit vive. Défendu de se faire de photos. Défendu d'écouter la musique ou voir la télévision (cela vaut pour les hommes et les femmes). Les femmes surprises en adultère sont lapidées vives. Ce sont seulement quelques règles du gouvernement fondamentaliste pour les femmes. Pour les hommes il y a aussi des règles, mais pas si nombreuses ni strictes.



En Afghanistan il n'y a pas de banques ni de moyens de communication modernes. Le pays est presque totalement en ruines. Des arbres pendent des téléviseurs mis en pièces et des rubans de vidéo, comme évidence de l' "échec du péché". Tous les vendredis, des exécutions et des mutilations publiques sont célébrées dans les stades sportifs, à lesquelles les enfants sont obligés à assister. 80 % de la population souffre des dérangements mentaux.



Des milliers d'enfants de 9 à 12 ans travaillent 12 heures par jour dans les fabriques, pour aider à survivre à leur familles. Les femmes veuves qui ont perdu leur famille dans la guerre, meurent de faim, puisqu'on ne leur permet pas de travailler, de sortir seules. Certains s'aventurent à sortir pour mendier, mais avec le risque d'être battu et même assassinées.



Les enfants dans presque tout le monde dessinent leur famille, leur maison, leur mascotte, etc. Ce sont certains des dessins des enfants afghans :



Quelle mère pourrait-elle sourire après avoir vu ces dessins ?



Source : Revolutionary Association of the Women of Afghanistan (RAWA)

rawa.org

RAWA est une organisation socio-politique de femmes afghanes qui luttent pour la paix, la liberté, la démocratie et les droits de la femme dans un Afghanistan abîmé par le fondamentalisme.